Accueil > Activités > Patrimoine > Patrimoine architectural et culturel > Petit patrimoine

Petit patrimoine

L' ancien moulin de La Canourgue
L' ancien moulin de La Canourgue
  • L' ancien moulin de La Canourgue
  • Les burons Aubrac
  • Le buron Aubrac
  • Une cazelle en pierre
  • Une cazelle en pierre
  • La Croix en fer forgé de Fontjulien
  • La Croix La Capelle
  • La Croix en pierre La Tieule
  • La Croix en pierre de Pierrefiche
  • Le Dolmen de la Galline
  • Le Ferradou de Saint Saturnin
  • L'ancien four à pain des Hermaux
  • L'ancien four à pain de Pertuzades
  • Le pont de la Mothe
  • Le pont de Mesclon
  • Le pont de Montferrand
  • Le séchoir à châtaignes du village Les Hermaux
  • Des tombes juives ou mérovingiennes
Petit patrimoine

Sites mégalithiques

La Lozère est riche d’un patrimoine mégalithique exceptionnel, enregistrant la deuxième concentration de menhirs et dolmens d’Europe. Plusieurs parcours permettent de les découvrir, notamment sur le Causse de Sauveterre.

A noter : le dolmen de la Galline (commune de Banassac), le dolmen de Chardonnet (commune d’Auxillac), le dolmen au Lebous (commune de La Tieule) et le chemin des dolmens (commune de Laval du Tarn) avec les 2 plus remarquables : dolmens de la Cham et du Devez.

Cazelles

Abris de bergers, petites cabanes de pierres sèches, le plus souvent arrondies et voûtées, sans charpente. Les cazelles furent d’abord édifiées par les bergers, pour se protéger du soleil et de la pluie tout en gardant le troupeau, car les Causses, en effet, n’offrent pas d’arbres de taille toujours suffisante pour bénéficier d’un peu d’ombre, ni pour se protéger du vent, très fréquent sur ces hauts plateaux. Elément anodin dans le paysage, la cazelle n’en constitue pas moins un réel patrimoine caussenard méritant notre attention. A voir sur le Causse de Sauveterre.

Croix

De bois, de pierre ou de fer, toutes ont pour point commun la commémoration d’un évènement heureux ou malheureux, au-delà de toute connotation religieuse. Les croix les plus anciennes se trouvent sur le causse de Sauveterre, plus particulièrement à la Capelle, Fontjulien (croix en fer forgé) et Le Cayla. Ceci s’explique par le passage des pèlerins de Saint-Jacques de Compostelle au 12ème siècle. La croix était également symbole de protection, de clémence et civilisation. Il existait également les « croix des morts » : autrefois on portait les cercueils à dos d’homme et la croix indiquait l’endroit où l’on pouvait se relayer. Les croix avaient un aspect pratique, foncier, servant à limiter les propriétés. Aujourd’hui, ces mêmes croix servent de repères à tous les randonneurs.

Croix remarquable en calcaire blanc orné d’un Christ naïf en bas relief à Pierrefiche.

A Canilhac, une très belle croix domine la Vallée. Au centre se trouve gravée une croix hospitalière (de Malte) à 8 pointes.

Nombreuses croix sur la commune de Saint Pierre de Nogaret.

A signaler la croix du pont des moulins dont le socle est une ancienne meule.

Ferradous

Ce nom occitan signifie « métier à ferrer ». Cet instrument utilisé jusqu’aux années 60 servait à ferrer les bêtes : bœufs et vaches principalement. Le ferradou est généralement bâti avec de grosses poutres de bois, même si l’on en trouve quelques uns en granit. Chaque village était doté d’un ferradou communal, lieu de rencontre et de convivialité. Aujourd’hui seulement quelques villages en possèdent un, c’est le cas aux Salces et à Saint Saturnin.

Fours à pain

Le four à pain communal, lieu de rassemblement pour cuire le pain est un symbole de la collectivité villageoise. Les matériaux utilisés pour l’édification des fours varient selon les localités : calcaire sur le causse, grès dans la Vallée du Lot, tuf à Saint Saturnin de Tartaronne. Malgré des formes diverses, le principe de construction est toujours le même. Le hangar lorsqu’il existe, possède un toit charpenté ou voûté couvert de lauzes. Des murs maçonnés protègent la chambre de chauffe toujours voûtée pour mieux garder la chaleur. Certains villages ont conservé leur four à pain communal : Corréjac, Chardonnet, Les Hermaux, Le Besset, Nogaret, Saint Saturnin, Longviala, Pertuzades, et Laval du Tarn. Et parfois pour la fête du village les fours sont ranimés, on retrouve alors les gestes des anciens et une délicieuse odeur embaume le bourg.

Burons

Petite maisonnette de granit bâtie sur l’Aubrac. L’intérieur du buron, souvent obscur, au sol dallé, se compose d’une pièce principale lieu de vie du buronnier chargé pendant l’estive, de traire le troupeau et de fabriquer le fromage. Une seconde pièce sert à entreposer les fourmes et les tomes. Parfois s’ajoute une petite porcherie. La tome fraîche sert d’ingrédient de base à l’aligot et à la truffade.

Tombes juives ou mérovingiennes

Il est reconnu l’existence d’un peuplement juif au 13ème siècle. Les vestiges d’une synagogue furent trouvés et les tombes creusées dans le rocher entre les villages de La Tieule et Auxillac sont peut-être juives, bien que l’hypothèse de tombes mérovingiennes soit également crédible.

Tombeaux mérovingiens à La Tieule. Tombes dites « juives » : ancienne nécropole regroupant une vingtaine de tombes creusées à même la roche près de Malbousquet. Site en partie détruit par les travaux de l’A75.

Moulins

A Auxillac et à La Canourgue
Au Moyen-âge il existait déjà plusieurs moulins à roues verticales mais surtout horizontales. La Canourgue comptait encore au cours du 19ème siècle 25 moulins depuis Maleville jusqu’à La Mothe (environ 3 km de ruisseau). Les moulins seront ensuite remplacés par des minoteries au début du 20ème siècle. Vous pouvez aujourd’hui repérer les anciens moulins en retrouvant les rainures profondes laissées par les meuniers aiguisant leurs outils sur les linteaux en grès rouge de certaines maisons.

Ponts

Le pont de Montferrand : classé monument historique. Certains ouvrages rapportent que ce pont fut construit par Urbain V (pape en Avignon de 1362 à 1370) pour desservir le château . Le pont enjambe le Lot au pied du château de Montferrand, cette route était le seul passage possible reliant Mende au Rouergue . Sans doute d’origine médiévale, le pont a été réparé ou reconstruit au XVIIème siècle. Il comporte deux arches de tailles inégales. L’ouvrage est construit avec des pierres de calcaire et de grès rouge. La pile centrale est renforcée en amont et en aval par des contreforts de section triangulaire. Le pont de Mesclon : pont en schiste sur la commune de Trélans formant une voute sur l’eau du Doulou à l’endroit ou se rencontrent Le Caldayrac et le Doulou. Pont de la Mothe : pont situé sur la commune de Banassac enjambe le Lot.